↑ Revenir à “On dit que…”

On dit que… « Notre programme est irréaliste et nos promesses n’engagent que ceux qui y croient. »

Notre programme est ambitieux. Nous pensons en effet que ce n’est pas le moment de renforcer la rigueur appliquée au niveau national, ni d’être simple gestionnaire de la récession

Mais notre programme est réaliste. Il ne fera pas appel à l’augmentation des taux d’imposition. Il s’appuie sur des outils de financement modernes, qui vont au-delà des traditionnels recours aux subventions utilisés par la plupart des élus en France. Vous en trouvez une version détaillée dans le livret présenté le 21 février. Les principaux outils seront les suivants :

  • Privilégier des projets qui génèrent des recettes ou des économies et qui de ce fait financent leur réalisation : efficacité d’un nouvel éclairage public par exemple.

  • Optimiser les subventions, ce qui n’a pas été le cas dans le mandat qui s’achève. Nous ferons appel aux aides régionales et européennes qui répondent parfaitement aux objectifs fixés dans le cadre de Biovallée.

  • Contribuer à la création d’une société publique locale (SPL) au sein de Biovallée et y adhérer. Pour investir en lieu et place des communes, pour réhabiliter thermiquement tous leurs bâtiments (et pas un seul, ou quelques uns).

  • mutualiser le financement des communes, de leurs intercommunalités et d’investisseurs institutionnels (Caisse des dépôts, banque publique d’investissement).

  • Investir dans la production d’énergie renouvelable au-delà de la pico-centrale hydroélectrique construite avec Romeyer. Photovoltaïque, cogénération. Cela rapportera à terme à la commune.

  • Améliorer le cadre de vie et ainsi accueillir de nouveaux habitants et entreprises qui apporteront des contributions fiscales complémentaires.

  • Créer une fondation municipale comme la loi nous l’autorise désormais. Les sommes données par entreprises et particuliers seront défiscalisées à 66%. Elles contribueront à agir dans des domaines comme la réhabilitation et la mise en valeur de notre patrimoine historique, la culture etc.

Président de la commission des finances à la Région, ingénieur territorial depuis 27 ans, Didier Jouve pratique et maîtrise parfaitement ces différents mécanismes financiers. Cela constitue un de ses atouts pour Die. L’argent va là où naissent les projets, alors, osons !

 

 

Pour en savoir plus : http://pourdienaturellement.fr/actualite/faire-plus-et-mieux-a-impots-constants/

 

Retour à la page: « On dit que »