↑ Revenir à “On dit que…”

On dit que… « Didier Jouve est carriériste. »

Il n’a jamais arrêté de travailler depuis 1977, il a donc une longue carrière professionnelle derrière lui ! Pour ce qui est de la politique, son engagement date des luttes antinucléaires de 1976 contre le surgénérateur de Creys-Malville. C’est là qu’il prend conscience que l’action associative et citoyenne ne suffira pas à s’opposer au lobby militaro-industriel et à la violence d’État que subissent les manifestants. Un diois, Vital Michalon, a été tué par les forces de l’ordre durant ces manifestations violemment réprimées. Depuis, il reste fidèle à ses engagements et libre aussi de son action, au grand dam de ses adversaires et parfois, de ses partenaires. Il respecte toujours les accords qu’il signe, mais refuse compromissions et tambouilles électorales. Pour ceux qui aiment les métaphores terriennes, le fait de respecter ses convictions et d’agir sans discontinuer pour qu’elles se traduisent en faits, ne s’appelle pas faire carrière mais plutôt tracer son sillon.

C’est ce que fait Didier Jouve.

 

Retour à la page: “On dit que”