↑ Revenir à “On dit que…”

Les Ecologistes ont-ils fait perdre la Gauche en 2008 ?

En 2008, la gauche terminait un mandat marqué par de nombreux affrontements internes. Il y avait trois listes de gauche : le PT, le PCF et le PS. Nous présentions pour la première fois une liste écologiste. Nous étions lassés de voir des querelles stériles et nos idées mises en avant à gauche, mais rarement mises en pratique. Pendant sept mois avant les élections, nous avions proposé de construire les conditions d’un rassemblement de gauche de second tour, mais n’avions pas été entendus. La seule offre qui nous était faite était l’union dès le premier tour. Nous avons recueilli 270 suffrages. Un accord de second tour nous a été alors proposé à prendre ou à laisser, sans possibilité de s’entendre sur un programme minimum et sans respect de la proportionnelle. Il était irrespectueux du choix des électeurs qui nous avaient fait confiance. Nous avons préféré nous retirer. Néanmoins, nous avons fait appel à battre la droite.

Mais, la liste d’union de la gauche, qui restait seule face à la droite (oui, il ne restait que 2 listes !), a perdu 450 voix entre le premier et le second tour. L’addition des voix de la gauche classique du premier tour (PS + PCF + PT) aurait du donner 53%, sans les écologistes ; c’est sans doute cette arithmétique qui avait conduit à nous écarter. Mais le résultat final fut 47% avec pourtant une bonne partie des voix écologistes. Des défections considérables ont donc eu lieu parmi l’électorat de la gauche classique. Les causes en sont multiples : bilan du mandat précédent pendant lequel la plupart des adjoints ont démissionné, le PC n’a plus voté le budget à partir de la 4° année de mandat, et les délégations du PCF ont été retirées ; tract communiste entre les deux tours qui criait victoire concernant sa négociation avec la maire sortante, électeurs écologistes déçus de ne pas avoir été entendus, électeurs socialistes déçu d’une alliance avec un PC et un PT qui avaient combattu la maire sortante pendant tout ou partie des derniers mandats, électeurs communistes qui notaient le retrait de leur figure de proue entre les deux tours… Nous détaillons cette analyse à partir de faits précis dans une note mise en ligne depuis 6 ans. Les partis de la gauche classique ont fait l’économie d’étudier leurs erreurs en reportant la responsabilité sur les écologistes qui n’avaient pourtant jamais participé à ces luttes fratricides.

http://pourdienaturellement.fr/retour-sur-les-resultats-des-municipales-de-2008/

 

Retour à la page: “On dit que”